La scène comme champ de bataille

« Du printemps arabe au printemps érable, en passant par les indignés, l’époque fertile en soulèvements populaires pour défendre la justice sociale nourrit les artistes. Quel rôle joue la création en temps de conflit ou dans son sillage ? On crée pour le sublimer, le documenter, le comprendre ?… »

« Pour plusieurs artistes la scène, et plus largement les arts vivants, constitue le lieu privilégié pour explorer le conflit. « L’art vivant a la force d’être un art très lié à la confontation directe avec le public, croit M. Casagrande. On cherche à avoir un dialogue immédiat avec le public qui partage un même lieu et moment. »

Article complet « La scène comme champ de bataille » par Frédérique Doyon, Le Devoir 19 mai 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>